Decrease Font SizeIncrease Font Size

Services judiciaires

Accès communicationnel à la justice

Audience: Professionnels de la Police, professionnels juridiques et judiciaires
Durée: 3.22
Contenu: Les personnes qui ont des troubles de la communication peuvent avoir besoin de soutiens pour accéder aux services juridiques et judiciaires.

Besoin de services accessibles

Audience: Tout public
Durée: 13.36
Contenu: Entretien sur le besoin de services juridiques et judiciaires accessibles pour les personnes qui ont des troubles de la communication

Cette section comprend des informations pour le système judiciaire, les tribunaux, les audiences, les services d’aide aux victimes.

Les informations suivantes sont un point de départ pour améliorer l’accès aux services pour les personnes qui ont des troubles de l’élocution et du langage (SLDs) non provoqués par une perte auditive. Il ne s’agit en aucun cas d’une liste exhaustive d’obstacles ou de solutions. Elles présentent quelques-uns des défis uniques que les personnes qui ont des SLDs doivent relever dans cette situation.

Veuillez nous contacter si vous souhaitez plus d’informations sur comment rendre vos services accessibles.

Exemples d’obstacles à la communication dans les services judiciaires

Nombre d’entre nous ayant des troubles de l’élocution et du langage (SLDs) nous heurtons aux mêmes obstacles que les personnes qui ont des troubles de la mobilité, sensoriels ou d’autres handicaps. De plus, nous pouvons rencontrer des obstacles à la communication particuliers dus à un trouble de l’élocution et du langage. Ces obstacles peuvent inclure que:

  • Les professionnels judiciaires ne soient pas conscients des exigences en accessibilité des personnes avec SLDs et comment négocier celles-ci avec les victimes, témoins et personnes accusées
  • Les professionnels judiciaires ne sachent pas comment donner des renseignements ou poser des questions de façon alternative pour que nous puissions comprendre et/ répondre
  • Les professionnels judiciaires ne comprennent pas la différence qui existe entre capacité cognitive, langage et compétences en communication
  • Les professionnels judiciaires n’utilisent pas de stratégies et de soutiens en communication pour s’assurer que nous pouvons communiquer de façon efficace
  • Les professionnels judiciaires ne sachent pas comment et quand embaucher un assistant en communication qualifié ou intermédiaire pour faciliter la communication
  • Les professionnels judiciaires s’appuient sur des assistants en communication non qualifiés dans des situations où un intermédiaire en communication qualifié sans lien de dépendance est nécessaire
  • Les professionnels judiciaires ne soient pas capables de reconnaître et de juger la justesse et la paternité de nos messages
  • Un nombre insuffisant de services de soutien en communication tels que des orthophonistes et des intermédiaires en communication qualifiés

Suggestions pour les professionnels judiciaires

Outre les soutiens en accès générique à la communication accès générique à la communication, les personnes qui travaillent dans les services judiciaires devraient:

  • Avoir une formation et des informations pour savoir comment communiquer avec les personnes qui ont des SLDs
  • Avoir des informations sur quand et comment faire appel à un intermédiaire en communication pour faciliter la communication
  • Avoir des politiques, procédures et pratiques cohérentes pour négocier et proposer un accès à la communication aux services pour les victimes, témoins et personnes accusées qui ont des SLDs
  • Travailler avec la communauté des personnes qui ont des troubles de la communication pour développer un accès local et immédiat avec les services des intermédiaires en communication
  • Avoir des informations sur comment enregistrer un témoignage et des preuves non verbaux

Ressources pour les professionnels judiciaires

Suggestions pour les personnes avec SLDs

  • Nous pouvons apprendre à connaître nos droits et savoir ce qu’il faut faire si nous pensons que nos droits ont été violés et que nous avons été victimes de mauvais traitements. De plus nous pouvons connaître les différentes options pour faire face aux mauvais traitements, crimes et violation de nos droits et ce qui se passe quand nous dénonçons un crime à la police
  • Si nous allons au tribunal, nous devons savoir ce qui se passe et connaître le droit que nous avons d’avoir des soutiens en communication si nous en avons besoin.
  • Nous pouvons être prêt à dire aux professionnels judiciaires comment nous communiquons et ce qu’ils peuvent faire pour faciliter la communication (Voir carte accès à la communication dans ressources)
  • Nous pouvons informer le professionnel judiciaire si nous avons besoin que quelqu’un nous aide à communiquer avec eux. Si nous avons une personne de confiance, nous pouvons demander au professionnel juridique d’appeler cette personne. Nous pouvons aussi lui demander d’appeler un intermédiaire en communication pour nous aider. Les intermédiaires en communication sont des orthophonistes qui ont reçu une formation supplémentaire avec CDAC et qui aident les personnes à communiquer avec la police et dans des situations juridiques et judiciaires.
  • Nous pouvons avoir du vocabulaire et des images pour communiquer sur notre sécurité, droits, crimes et mauvais traitements.

Ressources