Decrease Font SizeIncrease Font Size

Services de police

Audience: Police
Durée: 3.34
Contenu: Krystine Donato parle de communication avec un officier de police.

Les informations suivantes sont un point de départ pour améliorer l’accès aux services pour les personnes qui ont des troubles de l’élocution et du langage (SLDs) non provoqués par une perte auditive. Il ne s’agit en aucun cas d’une liste exhaustive d’obstacles ou de solutions. Elles présentent quelques-uns des défis uniques que les personnes qui ont des SLDs doivent relever dans cette situation.

Veuillez nous contacter si vous souhaitez plus d’informations sur comment rendre vos services accessibles.

Exemples d’obstacles à l’accès à la communication dans les services de police

Nombre d’entre nous ayant des troubles de l’élocution et du langage (SLDs) nous heurtons aux mêmes obstacles que les personnes qui ont des troubles de la mobilité, sensoriels ou d’autres handicaps. De plus, nous pouvons rencontrer des obstacles à la communication particuliers dus à un trouble de l’élocution et du langage. Ces obstacles peuvent inclure:

  • Ne pas pouvoir appeler le 911 ou envoyer un message
  • Les opérateurs de la police et du 911 ne comprennent pas les informations que nous leur fournissons
  • La police présume que nous sommes ivres ou incapables sur le plan cognitif d’apporter des preuves ou de témoigner
  • Ne pas pouvoir donner des informations ou poser des questions de façon alternative pour pouvoir comprendre et/ou répondre
  • Ne pas comprendre la différence entre capacité cognitive et compétences en communication
  • Ne pas utiliser de stratégies et d’aides à la communication pour que nous puissions communiquer de façon efficace
  • Ne pas savoir quand et comment faire appel à un assistant ou intermédiaire en communication sans lien de dépendance
  • Manque d’intermédiaires en communication qualifiés pour nous aider à communiquer avec la police
  • La police présume que la personne qui est avec nous est celle que l’on a choisie pour nous aider à communiquer

Suggestions pour les services de police

Outre les soutiens en accès générique à la communication, les services de police devraient:

  • Développer des politiques en accessibilité claires qui soient uniformes dans tous les services
  • Fournir des formations au personnel de police sur comment communiquer avec les personnes qui ont des SLDs
  • Créer une équipe spécialisée qui a reçu une formation supplémentaire et qui a des connexions avec le secteur des troubles de la communication pour répondre aux exigences des personnes qui ont des SLDs
  • Savoir quand et comment accéder aux services des intermédiaires en communication
  • Collaborer avec la communauté des troubles de la communication pour développer davantage de services locaux d’intermédiaires en communication pour aider la police à communiquer avec nous

Ressources pour les services de la police

Suggestions pour les personnes avec SLDs

  • Porter une “carte En cas d’urgence” qui comprend une liste de toutes les personnes de confiance que nous pouvons contacter en cas d’urgence (Voir ressources)
  • Etre prêts à dire aux officiers de police comment nous communiquons et ce qu’ils peuvent faire pour faciliter la communication avec nous (Voir la carte accès à la communication dans ressources)
  • Si nous avons besoin de quelqu’un pour nous aider à communiquer, nous pouvons le dire à la police. Si nous connaissons une personne de confiance, nous pouvons demander au professionnel juridique d’appeler cette personne. Nous pouvons aussi lui demander d’appeler un intermédiaire en communication pour nous aider. Les intermédiaires en communication sont des orthophonistes qui ont reçu une formation supplémentaire dispensée par CDAC et qui aident les personnes à communiquer avec les services de la police dans les situations juridiques et judiciaires.

Ressources